Accéder à la recherche
Logo des éditions Presses de la cité

Interview de Lyliane Mosca pour son nouveau roman "Les Amants de Maulnes"


Image de l'article Interview de Lyliane Mosca pour son nouveau roman
Les Amants de Maulnes débute par la très jolie rencontre entre Jeannette et Maxime.  Pouvez-vous, en quelques mots, en situer le contexte ?
Mai 45. Comment ne pas être émue quand on s’apprête à accueillir l’homme avec lequel on correspondait depuis des mois ? Jeannette, marraine de guerre de Maxime, s’apprête à le rencontrer enfin. Les sentiments nés au cours de ces relations épistolaires vont-ils résister à la réalité ? Fébrile, elle attend le train...

Votre roman se déroule dans une Bourgogne mystérieuse. Vous a-t-elle inspiré une partie de l’intrigue ?
J’ai passé toute mon enfance dans la région où se situe le roman. Elle est ancrée en moi. Ses légendes aussi. J’ai pensé que le château de Maulnes offrait un décor idéal pour faire naître une histoire d’amour avec des secrets.

Et il y a Rachel, la mère de Jeannette. Comment vous est venu cet étonnant et charismatique personnage ? Une femme libre avant tout…
Je voulais une histoire très romanesque. Un amour impossible. Alors, peu à peu, le personnage s’est imposé à moi. Une femme énigmatique, secrète, dont personne ne connaît l’amant mystérieux. Une femme généreuse, avec des dons pour soigner. Une femme qui assume sa vie sans souci du qu’en-dira-t-on.

Vos personnages vous entraînent-ils vers des chemins romanesques que vous ne soupçonniez pas au départ ?
Ah mais oui ! Toujours ! Je ne fais jamais de plan. Les personnages s’animent et trouvent eux-mêmes leur voie, et j’en suis parfois étonnée...

Que souhaitiez-vous faire partager à vos lecteurs (trices) avec ce nouveau roman ?
La magie d’un lieu et d’une belle époque dans une région authentique qui respire la douceur de vivre.  Des personnages que j’espère attachants, confrontés à des choix. L’amour dans toutes ses dimensions.
 
 
Quelques questions sur Lyliane Mosca

D’où vous vient le virus de l’écriture ?
Depuis mon enfance, j’aime écrire. C’est en moi et c’est vital. Ça ne s’explique pas. Je dis toujours que ça m’aide à vivre et j’estime que j’ai beaucoup de chance d’être éditée et de pouvoir partager.
Quels sont les auteurs qui ont compté pour vous ?
J’ai commencé avec la comtesse de Ségur... J’ai continué avec Jules Verne et Charles Dickens. Ensuite j’ai rêvé avec les sœurs Brontë et Daphné du Maurier. J’ai lu Balzac, Zola, Flaubert, Tolstoï, Maupassant et bien d’autres. Je suis boulimique de lecture.
Avez-vous un rituel d’écriture ?
J’écris surtout l’après-midi. Chien et chat à mes côtés. La vue sur mon jardin. Mais je peux écrire n’importe où, n’importe quand, à condition d’être seule.