Accéder à la recherche
Logo des éditions Presses de la cité

Lire un extrait


Parution le 06 avril 2017
288 pages



Partager cette page

Interview de Gilbert Bordes



Dans son village, Joseph a une réputation de « casse-pieds ».  Il aime bien aussi fanfaronner. Mais son air bourru ne cache-t-il pas une blessure secrète, indélébile ?
Un secret énorme révélé par son père a conditionné sa vie tout entière. Sous son aspect bourru, ses coups de gueule, sa misanthropie, se cache un homme généreux au grand cœur. Mais tellement blessé qu’il n’arrive pas toujours à faire la part des choses.

A Beaulieu-sur-Vézère, vit, le temps des vacances, Alexandre, un jeune garçon d’une dizaine d’années. Pourquoi celui-ci cherche-t-il autant la présence et l’amitié de Joseph ?
Parce que Joseph est comme lui un caractériel et que le vieil homme ose ce que l’enfant voudrait faire.

A travers l’histoire de Joseph, que souhaitez-vous transmettre à vos lecteurs ?
Je n’ai pas de grands messages à faire passer. Je ne suis pas un penseur, mais un homme simple qui cherche à communiquer ses coups de cœur et ses colères. Je fais partie de cette France que l’on ne voit pas à la télévision et qui n’intéresse pas les médias et l’élite, celle qui fait mentir les sondages. Je crois que notre société jeuniste ne donne pas aux personnes âgées la place qui leur revient. Mais c’est la première fois dans notre histoire que les vieux sont aussi déconnectés du réel, qu’il y a une telle cassure entre les générations. Pourtant, les fondamentaux humains et sociaux restent les mêmes.

Le fin mot de l’histoire ne serait-il pas qu’il n’est jamais trop tard pour être heureux ?
Sûrement.                 
                           
Avec plus d’une quarantaine de romans à votre actif, comment votre inspiration se renouvelle-t-elle ?
Je n’en sais rien. Je suis un raconteur d’histoires simples, et j’espère en avoir encore quelques-unes dans ma besace. La musique étant le centre de ma vie, je m’inspire beaucoup des grands compositeurs allemands, russes et occasionnellement français et italiens.

Pour en savoir plus sur Gilbert Bordes

Quel est à ce jour le plus beau compliment qu’un(e) lecteur(trice) vous ai fait ?
« Votre livre m’a donné du bonheur. »

Quelles sont les lectures qui ont le plus compté dans votre vie ?
Il y en a plein, mais je reste fidèle aux grands romanciers populaires du XIXe siècle.

 Avez-vous des rituels d’écriture ?
Aucun. J’écris le matin et je construits mes violons l’après-midi. Dans les deux cas, je suis un artisan qui cherche à aller vers les autres de la meilleure manière.

Du même auteur


Vous aimerez aussi


 
  • Couverture de l'ouvrage Le Marié de la Saint-Jean
  • Couverture de l'ouvrage Les Demoiselles de Beaune
  • Couverture de l'ouvrage Les Trois Chats de Chamasson
  • Couverture de l'ouvrage Sur les cendres des ronces (TF)
 
Déposer un commentaire +