Accéder à la recherche
Logo des éditions Presses de la cité

Lire un extrait


Parution le 15 mars 2012
240 pages



Partager cette page



De mal à personne
Odile BOUHIER


Deuxième opus des aventures du duo d'experts lyonnais : le commissaire Kolvair et le professeur Salacan allient leur savoir et leur science du crime pour résoudre une affaire qui les confronte à la délinquance des mineurs et à la peine de mort.
Installés dans les combles du palais de justice de Lyon, le commissaire Kolvair et le professeur Salacan sont, dans les années 1920, les premiers experts. L'un est unijambiste, mélomane, rescapé des tranchées. Le second est marié, père de famille, dévoué à la criminologie.
Initiateurs de la police scientifique, ils sont chargés d'élucider la mort de Firmin Dutard, riche industriel tué à l'arme blanche.
Les premières conclusions révèlent que le meurtrier mesure 1mètre vingt-huit : la taille du fils de la victime, celle de nombreux enfants... Parricide ? Crime crapuleux ?
A une époque où les colonies pénitentiaires pour mineurs délinquants sont des bagnes pour enfants qui n'avouent pas leur nom, à une époque où la science n'a pas les moyens de ses intuitions, le commissaire devra remettre en question ses rares certitudes pour faire la vérité sur cette affaire...

Du même auteur


Vous aimerez aussi


 
  • Couverture de l'ouvrage Et le ciel se refuse à pleurer...
  • Couverture de l'ouvrage La Saga des Pitelet
  • Couverture de l'ouvrage Les Chemins de garance NE
  • Couverture de l'ouvrage Les souffleurs de rêves
 
Ils en parlentTout voir Les médias
« Dans ce deuxième tome, le duo est toujours aussi attachant et les découvertes nombreuses, des premiers films...
Point de vue
+
Les lecteurs Vos commentaires Grand amateur de littérature hispanique ou italienne, et plus particulièrement de romans noirs et de thrillers,...
Laurent
+
Les lecteurs de Babelio Si je n'ai pas aimé son style d'écriture, j'ai été touchée par le sort de ces enfants " martyrs ", on peut le dire, taillables et corvéables à merci, même pas propriétaire de leur corps. Pouah !
thisou08
+
Déposer un commentaire +