Accéder à la recherche
Logo des éditions Presses de la cité

Lire un extrait


Parution le 14 janvier 2016
360 pages



Partager cette page

Ils en parlent


"Le fard et le poison a été une lecture bien agréable que j'ai beaucoup aimé découvrir du début à la fin."
Boulimie livresque
«Le parfum du crime...Que voilà un agréable roman qui se lit comme on hume un parfum !
Manon Vérité excelle dans la préparation des fards et des parfums. Elle est l'âme de la boutique familiale Le Bouquet de Senteurs et compte parmi ses clientes Madame de Pompadour.
Nous sommes en 1751. Lorsqu'une jeune novice est assassinée dans le couvent voisin où vit la fille de la favorite royale, Manon suit l'affaire en simple voisine, en curieuse. Tout change quand on découvre qu'un de ses fards, destiné à la Pompadour, a été empoisonné ! Les deux affaires seraient-elles liées ?
La réputation de Manon et l'avenir de la boutique sont en jeu. Elle est donc prête à tout pour découvrir qui menace sa prestigieuse cliente et la pérennité de son commerce.
De la rue Saint-Honoré au resplendissant château de Bellevue tout juste achevé où on lui demande d'éblouir le roi avec ses senteurs, en passant par Versailles, le couvent de l'Assomption et l'enfer de la Salpêtrière, rien ne pourra empêcher Manon de mener l'enquête, quitte à prendre quelques risques et à troubler la paix fragile de son récent mariage.
Le Fard et le Poison se lit d'une traite, avec aux narines les douces effluves des roses et de jasmin de Grasse ou le relents pestilentiels de la capitale.
On songe forcément au Parfum de Süskind, tant la connaissance du Paris du XVIIIe siècle et du monde de la parfumerie dont fait preuve Béatrice Egémar est grande. Mais là où Jean-Baptiste Grenouille, le héros de Süskind, utilise son nez pour assouvir ses penchants criminels, Manon, elle, se sert de son don pour faire éclater la vérité et protéger les siens.
C'est un délicieux roman plein de douceur, de bonheur familial, de sombres secrets, d'ambition et de trahisons qui se déguste avec délice. Un petit morceau de la terrible frivolité si caractéristique de l'époque.»
La Plume Rouge - 01600

Du même auteur


Vous aimerez aussi


 
  • Couverture de l'ouvrage Solomon Creed
  • Couverture de l'ouvrage 28 jours
  • Couverture de l'ouvrage Les collèges fantômes
  • Couverture de l'ouvrage La Dernière Licorne