Accéder à la recherche
Logo des éditions Presses de la cité

Traduit par Philippe BOUQUET
Parution le 19 mai 2005
528 pages


Partager cette page


La nuit du 28 février
Leif G.W. PERSSON


Un vendredi soir de novembre, un obscur journaliste américain tombe par le fenêtre du quizième étage du foyer d'étudiants de Stockholm dans lequel il avait temporairement loué une chambre.
Il s'agit à l'évidence d'un suicide, d'autant que le défunt a eu le bon goût de laisser derrière lui un mot d'adieu. Celui-ci est un peu étrange, remarquablement bien écrit étant donné les circonstances, et même presque poétique : J'ai passé ma vie entre la nostalgie de l'été et le froid de l'hiver. Le dossier devrait en toute logique se clore sur ce constat si le commissaire Lars Martin Johansson, de la Brigade criminelle, qualifié par certains de "seul flic suédois honnête", ne se retrouvait mêlé à l'enquête d'une façon aussi inexplicable qu'inattendue. Et ce qui débute sous les apparences d'une affaire des plus banales va finir, en empruntant des voies fort singulières, par devenir une enquête sur un crime appelé à faire date. En Suède et dans le monde entier...

Du même auteur


Vous aimerez aussi


 
  • Couverture de l'ouvrage Une avalanche de conséquences
  • Couverture de l'ouvrage Le Diable de la Tamise
  • Couverture de l'ouvrage Leona, les dés sont jetés
  • Couverture de l'ouvrage Treize Marches
 
Ils en parlentTout voir Les lecteurs de Babelio "Mellan sommaren längstan och vinterns köld" après recherche.... Traduction : entre la nostalgie de l'été et le froid de l'hiver .... Plutôt super comme titre, pourquoi est ce devenu en français : la ...
christinebeausson
+
Déposer un commentaire +